SNUTER CD 13 FSU

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16 octobre 2013

Nouvelles grilles de catégorie C

 Après plusieurs séances de discussion entre avril et septembre 2013, le mardi 1er octobre le gouvernement a communiqué aux organisations syndicales les nouvelles grilles de rémunération des agents de catégorie C. Celles-ci entreront en vigueur dès le 1er janvier 2014.

Pour connaître votre échelle et votre indice, regarder sur votre fiche de paye.
Le traitement brut s'obtient en multipliant l'Indice Nouveau Majoré (INM) par la valeur du point, soit 4.6303 euros.

 

Nouvelles grilles C 2013.pdf

 

L'avis de la FSU

 
Pour la FSU, le compte n'y est pas ! La question des salaires n'est pas réglée par ces nouvelles grilles. Depuis le début, la FSU a participé aux discussions relatives à ces nouvelles grilles, tout en se prononçant pour des mesures générales ambitieuses en faveur de l'ensemble des agents. La FSU revendique le dégel de la valeur du point d'indice, l'augmentation du salaire minimum fonction publique à 1700 euros nets mensuels, l'intégration des primes dans le traitement indiciaire, la reconstruction globale des grilles de rémunération en C, B et A, accompagnée de mesures de requalification.

 
Ces grilles ne compensent pas les pertes de pouvoir d'achat subies depuis 10 ans. Elles maintiennent la rémunération des agents recrutés au niveau du SMIC pendant des années.

 

L'augmentation dérisoire prévue n'évitera pas au minimum fonction publique d'être rattrapé par la hausse régulière du SMIC. Elle ne permettra pas non plus le maintien du pouvoir d'achat dans un contexte de hausse des prix et d'inégalité croissante de la fiscalité directe et indirecte et des cotisations sociales de salariés.

 
La FSU continuera sans relâche à défendre les revendications salariales et professionnelles pour permettre le rattrapage du pouvoir d'achat perdu, pour rendre les carrières attractives et faire reconnaître, enfin, les personnels à la hauteur de leur investissement quotidien !

 

09 octobre 2013

8 octobre 2013 : Manifestation des travailleurs sociaux

 

Manif du 8 octobre 2013 (5).jpg

Un message fort en direction du gouvernement, un mouvement qui se ramifie, se densifie, une réussite.
Un rassemblement largement suivi par plus de 500 travailleurs sociaux de tous les secteurs, rejoint par les étudiants des 3 instituts de formation de la région.

Une délégation a été reçue par le Directeur de Cabinet du Préfet des BDR.

Composée de l’Intersyndicale FSU-SNUCLIAS, CGT, SUD CT et notamment des formateurs des Instituts Régionaux de Formation du Travail Social. Ces derniers, ont souhaité laisser leur place aux étudiants des différentes filières pour être représentés.

 

 

Bruno Bidet.jpg

Au même moment un écho était donné et notamment à Paris:

http://www.lagazettedescommunes.com/199412/les-etats-gene...

Un manifeste a été rédigé en vu des états généraux du travail social: http://www.snuclias-fsu.fr/

Cela témoigne d’un effet « boule de neige » d’une profession en perte sèche de moyens, d’engagements non tenus depuis plus de vingt ans. Mettant à mal les missions au quotidien des personnels du secteur public, comme du secteur privé.

Le manque de reconnaissance notamment en matière de perspective de carrière en aval et en amont devient un phénomène paralysant pour cette filière. Cette situation est inadmissible tant pour les étudiants en devenir, que pour les professionnels

20131008_141506.jpg

Lors de cette rencontre à Marseille, il a été demandé:

Le passage en catégorie A des personnels en activité.

Une prise en compte des propositions du manifeste (remis au préfet ce jour).

L’objectif est désormais de mobiliser dans la perspectives des états généraux du travail social dont la déclinaison territoriale doit se dérouler tout au long de l’année 2014.

De nouveaux rassemblements sont prévus dans les semaines à venir, une seule adresse:

http://sducg13.hautetfort.com/

 Manif du 8 octobre 2013 (9).jpg

04 octobre 2013

Manifestation CGT et FSU des Travailleurs sociaux le 8 octobre

Rendez-vous à la préfecture à 13h.

Nos organisations syndicales, toujours mobilisées pour la reconnaissance des qualifica-tions des travailleurs sociaux (Assistants de service social, Éducateurs spécialisés, Con-seillers en économie sociale et familiale, Éducateur de jeune enfant) sont désormais por-teuses d’un manifeste commun « le travail social : avec des professionnels promoteurs de droits et de lien social » seront, partout en France, en action le mardi 8 octobre 2013.

Le colloque « Quelles évolutions pour la filière sanitaire et sociale de la fonction publique territo-riale ? » organisé le 8 octobre 2013 à Paris par le CNFPT donne une occasion supplémentaire aux travailleurs sociaux de se mobiliser pour :

La restauration des droits fondamentaux des usagers ;

la remise en cause du nouveau management dicté par des choix budgétaires au sein du travail social ;

la défense du travail social au service des usagers ;

un engagement de l’Etat aux côtés du service public territorial ;

réaffirmer les principes fondamentaux de la pratique sociale.

Enfin, la reconnaissance des diplômes d’État Bac+3 au niveau II fran-çais pour les AS, ES, EJE, CESF et un vrai déroulement de carrière en catégorie A pour les conseillers sociaux éducatifs.

Cela se traduit dans la fonction publique territoriale par le reclassement des assistants sociaux, édu-cateurs spécialisés, éducateurs de jeunes enfants et conseillers en économie sociale et familiale en catégorie A type.

Le nouvel espace statutaire (NES) de la catégorie B ne répond pas aux revendications des personnels !

Dans un contexte social dégradé accentuant inégalités et paupérisation d’une partie de plus en plus importante de la population, nous nous saisirons de toute occasion pour défendre le travail social, les professionnels et le respect de l’usager, de sa place et de ses droits.

Ainsi, sont prévues des mobilisations dans le cadre de l’anniversaire de la Charte Internationale des Droits de l’Enfant le 20 novembre 2013, La 16ème Journée annuelle de la Petite Enfance à l’Adolescence au Palais des Congrès à Marseille le 6 décembre 2013, des Assises interrégionales pré-vues en début 2014, des États généraux du travail social au deuxième trimestre 2014.

Les étudiants et formateurs de L’IMF comme de l’IRTS sont à nos côtés.

Nos organisations syndicales appellent à un rassemblement le 8 octobre 2013 dès 13h devant la préfecture des Bouches-du-Rhône dans le cadre d’un préavis de grève national.

Des rendez-vous ont été demandés par nos organisations syndicales auprès du Préfet et du Président du Conseil Général. Les pétitions qui leur seront remises serviront de base au débat.

 

Marseille, le 30 septembre 2013.

 

Mardi 15 octobre à 10h30 au Vieux Port Marseille

Retraites :

Pendant le débat parlementaire la mobilisation continue.
Rassemblement des retraités le mardi 8 octobre à 9h30 devant la Préfecture de région.
Manifestation unitaire interprofessionnelle, Mardi 15 octobre à 10h30 au Vieux Port Marseille

Sur de mauvaises fondations, il est rare qu’on construise un édifice solide ; en matière de retraite, les mauvaises fondations sont le désaccord sur ce qu’est précisément la retraite et particulièrement celle d’un salarié (93 % de la population active sont salariés). Pour nous à la FSU, la retraite est une rémunération continuée du travail.

Toutes les réformes conduites depuis 1993 ont eu pour objectif de diminuer la part de richesses créée par le travail attribuée à la rémunération du travail.

Au stade actuel d’une économie financière mondialisée, le partage de plus-value est d’autant plus inégal qu’il devrait intégrer des éléments virtuels de plus en plus liés à une spéculation sans contrôle.

La crise née d’une dérégulation sans principe rend toutes les réformes passées essentiellement injustes. Le projet actuel en rajoute faisant encore plus brutalement apparaître que ce sont les salariés actifs et retraités qui financeront leur propres retraites, et pour les retraités une seconde fois!

Pour obtenir une retraite à taux plein, le gouvernement estime qu’il n’y a «pas d’autre solution» que d’allonger la durée de cotisation: il s’agit de la porter à 43 ans en 2035. Sachant que l’âge moyen d’entrée dans la FPE en catégorie A est de 26 ans, cela signifie que pour une carrière continue à temps plein, un-e fonctionnaire né-e en 1973 devra cotiser jusqu’en 2040 pour ne plus subir de décote (à 67 ans). La baisse du taux de remplacement entre le calcul qui se serait effectué sur la base de la loi antérieure à 2003 (60 ans, 37,5 annuités, 75%, pas de décote) et la loi de 2013 ( 62 ans, 43 annuités, décote si départ avant 67 ans) est de 18 points pour l’âge à partir duquel le droit à pension est ouvert dans les deux systèmes (60 ans dans un cas, 62 dans l’autre).

Rien ne montre mieux que pour conserver un niveau de vie pas trop éloigné de celui du temps d’activité, non seulement le salarié devra payer plus longtemps des cotisations plus élevées, mais devra en outre amputer son salaire d’une épargne privée «pour ses vieux jours». Déni même du droit à la retraite et cadeau somptueux aux banquiers, assureurs et autres ...

12:59 Publié dans DGAS, Tracts | Lien permanent | Commentaires (0)

23 septembre 2013

8 Octobre : Journée d'action national des Travailleurs Sociaux

FSU - CGT - SUD - FAFPT

Nos organisations syndicales se retrouvent autour d'un manifeste :

« le travail social : avec des professionnels promoteurs de droits et de lien social ».

Elles réaffirment la prééminence des valeurs fondamentales d'humanisme et de solidarité s’appuyant sur les textes définissant l’intervention des travailleurs sociaux, et appellent à la restauration des droits sociaux fondamentaux pour tout citoyen !

manifeste-travailleursociauxsept2013_ok.pdf

tract8oct2013-travsociaux.pdf

16 septembre 2013

DOSSIER DES RETRAITES

Communiqué de la FSU

Retraites : le sujet n’est pas clos

Dans un calendrier contraint par l’agenda imposé par le gouvernement, la journée de grèves et manifestations sur les retraites du 10 est une première étape de mobilisation. Le gouvernement aurait tort de ne pas en tenir compte.

En effet, le mécontentement de la majorité de la population et son inquiétude face à la réforme des retraites proposée sont bien réels et confirmées par différents sondages. D’ailleurs la procédure accélérée mise en place par le gouvernement prouve sa volonté de clore rapidement ce sujet...

C’est une faute de procéder ainsi. La question d’un financement durable du système de retraites par répartition suppose de prendre en compte tous les paramètres, de faire le bilan des réformes antérieures, d’éclairer par le débat les conséquences des mesures envisagées. L’ampleur actuelle du chômage et la faiblesse des salaires pénalisent lourdement le financement des retraites.

La FSU continue de refuser tout allongement de la durée de cotisation qui revient à faire reculer l’âge de départ à la retraite et implique une nouvelle baisse du niveau des pensions.

Elle n’accepte pas non plus que les salariés et les retraités contribuent plus alors que les entreprises au final ne participeront pas à l’effort de financement.

Cette réforme n’est ni juste ni équitable. Dans le prolongement des réformes précédentes, elle adresse aux plus jeunes un message inquiétant refusant de prendre en compte le recul de l’accès à un emploi stable, l’augmentation de la durée des études dont la FSU revendique la prise en compte pour la retraite.

Dans la Fonction publique beaucoup de sujets restent à traiter : l’aménagement des fins de carrière, la situation des femmes, celle des fonctionnaires polypensionnés, les années d’études travaillées à l’étranger non prises en compte...

La FSU va continuer, dans l’unité la plus large, à mener l’action et à porter tous ces sujets auprès des parlementaires pour peser sur l’écriture de ce projet de loi.

Elle poursuit les débats engagés sur l’ensemble du territoire avec les salariés, les retraités et les jeunes mais aussi avec l’ensemble des citoyens pour proposer des alternatives intégrant la réalité du travail et la nécessité de trouver des ressources nouvelles, tout particulièrement en améliorant le pouvoir d’achat des salariés et en créant des emplois.

La FSU propose aux organisations syndicales de se retrouver pour envisager les suites à donner afin d’imposer d’autres choix sur les retraites.

Budget 2014

COMMUNIQUE DE LA FSU

Budget 2014 : danger pour la Fonction publique !


Les premières mesures pour le budget 2014 commencent à être connues. Ce dernier prévoit avant tout une nouvelle baisse des dépenses publiques. L'Etat, les collectivités et la sécurité sociale sont particulièrement visés puisqu'ils subiront la plus grosse part des économies. Des départs à la retraite ne seront pas remplacés et les dépenses de fonctionnement et d'investissement seront revues à la baisse dans les ministères et collectivités territoriales.
Les ménages seront donc doublement pénalisés puisqu'une nouvelle hausse des impôts est prévue en même temps que la baisse des dépenses de l'Etat et de la sécurité sociale va contribuer un peu plus à la dégradation des services ou prestations qui leur sont rendus ! Les entreprises seront une fois de plus épargnées au nom de la relance de l'emploi. Pourtant, les salariés ne voient pas d'amélioration sur ces 2 préoccupations majeures ! Même la Cour des comptes commence à émettre les plus grandes réserves sur l'efficacité du crédit impôt recherche...

Le gouvernement reste sourd à l'appel qui lui demande de revoir l'ensemble des mesures fiscales pour les rendre justes et efficaces. 

Le Premier ministre avait affirmé, lors de la Conférence sociale, que les services publics et la Fonction publique contribuaient au développement économique durable du pays. La FSU demande que cela se traduise dans les actes. La Fonction publique est une chance pour notre pays et non une charge. Si la FSU se félicite de l'investissement en direction de certains secteurs « prioritaires », et notamment celui de l'Education, elle considère que celui-ci ne doit pas se faire aux dépens des autres services publics. En fait, tous contribuent à sortir de la crise économique et sociale et participent aux mutations nécessaires à venir. Ils restent aussi un facteur de justice sociale, d'égalité et de cohésion sociale. Mais à condition d'être confortés...

La FSU intervient dès à présent pour demander aux parlementaires de corriger ce projet de loi de finances. Il faut sortir de la spirale sans fin de l'austérité. 
La FSU continuera, dans l'unité la plus large, à permettre l'expression et l'action des personnels pour imposer les choix permettant à la Fonction publique de jouer tout son rôle et aux personnels d'être reconnus et revalorisés dans leurs missions
.

19 juillet 2013

Manifestation pour nos retraites

Retraites, emploi, salaires, avenir des services publics : journée nationale d’action interprofessionnelle avec grèves et manifestations le 10 septembre 2013

Communiqué des organisations syndicales
CGT, CGT-FO, FSU, Solidaires
Montreuil, le 8 juillet 2013

Les organisations syndicales CGT, CGT-FO, FSU, Solidaires se sont réunies aujourd’hui sur les questions des retraites, de l’emploi, des salaires, de l’avenir des services publics.

Après la Conférence sociale et les concertations de l’été, le Gouvernement attend le mois de septembre pour donner les grandes mesures qu’il compte prendre.

Ses premières déclarations inquiètent les salariés, les retraités et les demandeurs d’emploi d’autant que le calendrier imposé est très resserré.

Les organisations syndicales ont déjà largement fait part de leur analyse sur le rapport Moreau et des mesures qu’elles ne sauraient accepter : tout allongement de la durée de cotisation, l’opposition public/privé, la sous-indexation des pensions et des salaires portés aux comptes.

Pérenniser le système solidaire de retraite par répartition nécessite de réparer les injustices dues aux précédentes réformes. Il faut sortir des logiques qui ont diminué le niveau des pensions et créé des inégalités notamment entre les femmes et les hommes.

L’allongement de la durée de cotisation, déjà engagé, fixe des conditions inaccessibles aux plus jeunes dont la durée d’étude, de formation, de recherche d’emploi est allongée par rapport aux générations antérieures.

Le financement des retraites nécessite de construire des alternatives par l’apport de ressources nouvelles, tout particulièrement en améliorant le pouvoir d’achat des salariés et en créant des emplois. Il est urgent d’augmenter l’ensemble des salaires, du privé comme du public, ce qui impose d’en finir avec le gel du point d’indice et de revaloriser réellement le SMIC.

Il est nécessaire de redonner confiance aux salariés, particulièrement aux jeunes générations dans le système de retraite solidaire. Pour changer de cap et faire face à la situation, il faut rompre avec les politiques d’austérité.

Les organisations syndicales CGT, CGT-FO, FSU, Solidaires appellent à une journée nationale d’action interprofessionnelle avec grèves et manifestations le 10 septembre 2013 pour ne pas laisser les propositions du MEDEF faire la loi et pour imposer d’autres choix au gouvernement.

4 pages Retraites FSUcoul.pdf

02 juillet 2013

Travailleurs sociaux

Assistants socio-éducatifs 

 Les décrets sont publiés

Les engagements ne sont pas tenus !

 

tract ASE version 5 definitive (2).pdf

 

En février 1990, l'accord, dit « Durafour » dans la Fonction publique, intégrait les professionnels du social et de l'éducatif, diplômés d'état, dans un Classement Indiciaire Intermédiaire, au sein de la catégorie B.

 

Cette grille, mise en place en 1992, considérée comme transitoire suite aux mobilisations sans précédent des assistants sociaux et éducateurs spécialisés, devait permettre à terme l’accès à la catégorie A.

 

Le 21 février 2008, 4 organisations syndicales (CFDT – UNSA – CFTC et CGC)de la Fonction publique sur 8 ont signé avec le précédent gouvernement un mauvais accord salarial, entérinant une perte de pouvoir d’achat etincluant le projet de réforme de la catégorie B. Un Nouvel Espace Statutaire (NES) en catégorie B était ainsi crée.

L’intégration dans le « NES » des cadres d’emplois du social est une régression salariale globale sans précédent dans la Fonction publique !

 

En 2010, ceux qui sont aujourd’hui à la tête de l’Etat ont soutenu tous les professionnels et leurs syndicats qui revendiquaient l’intégration des professions du travail social en catégorie A, renforcés dans leur détermination par la reconnaissance européenne de leur diplôme au niveau licence.

 

Le 12 juin 2013, au mépris des engagements pris lors des mobilisations unitaires initiées par l’Intersyndicale FPT (CGT, FSU, SUD, FA-FPT) le gouvernement a publié les nouveaux statuts, maintenant en B tous les travailleurs sociaux.

 

Ce maintien en catégorie B est inacceptable !

 

La nouvelle grille des salaires constitue un déni de reconnaissance des diplômes d’Etat. En effet les assistants socio-éducatifs seront les seuls en catégorie B à avoir l’exigence d’un DE (niveau Bac +3) et un cadre d’emplois à 2 grades.

Contrairement aux autres cadres d’emplois, les grilles de salaires des travailleurs sociaux sont les mêmes depuis leur publication en 1992. Dans le décret, au delà de quelques points en début et en fin de carrière, la carrière s’allonge et dès le 5ème échelon il y aura de graves pertes de salaire !

 

Ce que revendique le SDU13-FSU :

 

-  le reclassement en catégorie A des assistants socio-éducatifs

- la reconnaissance des qualifications et des responsabilités par une grille indiciaire allant de l'IM 349 à 798

- l’homologation au niveau II français des Diplômes d'Etat obtenus après 3 ans d'études supérieures

 

Le SDU13-FSU engagera la mobilisation qui s’impose pour que les engagements soient tenus !

17 juin 2013

Mds : la mobilisation ne faiblit pas !

L’assemblée générale du 11 juin après midi nous a réuni nombreux

et a décidé :

 

-   Pour le personnel des secrétariats de la DGAS (pôles d’insertion, CMPP, MDS) : se saisir de la première étape de discussion avec la majorité départementale  et maintenir la mobilisation pour faire aboutir les sept points de revendication. (Cf. courrier spécifique secrétariat).

Ø  Concernant le CTP du 18 juin 2013 : les dossiers Enfance- Famille et DPMIS vous ont été envoyés par nos syndicats par mail. N’hésitez pas à nous faire remonter vos remarques.

Ø  Le préavis du 4 juin dernier rassemblant les revendications spécifiques de 13 MDS et celles attachées à la plateforme revendicative des personnels  de la DGAS n’a pas permis d’ouvrir des perspectives de prise en compte des difficultés du quotidien du service social départemental.

Le personnel venu nombreux et déterminé a décidé de se revoir le mardi 18 juin 2013 en AG. La CGT et la FSU seront porteurs d’une déclaration lors du CTP.

 

La CGT et la FSU ont obtenu une entrevue avec le Directeur des Ressources Humaines lundi 17 juin 2013 pour réactiver un espace de négociations.

 

 

Retrouvons-nous, mobilisés, en Assemblée générale Mardi 18 juin  2013 à 16h

Sur le parvis de la MDS de Préssensé

(1 heure mensuelle d’information syndicale a été déposée par nos organisations)