SNUTER CD 13 FSU

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10 septembre 2018

Les retraités dans le colimateur du gouvernement

Le Premier ministre vient d’annoncer la fin de l’indexation des pensions sur les prix. Au nom de la « maîtrise des dépenses » et pour « privilégier la rémunération de l’activité et rompre avec l’augmentation indifférenciée des allocations ». L’abandon de l’indexation sur les salaires au profit de l’indexation sur les prix mise en œuvre par les précédentes réformes des retraites a déjà porté un coup rude aux retraité-es puisque leur pension se dévalorise par rapport au revenu des actifs. Ce phénomène a été aggravé par le report des dates de revalorisation.

Après le gel des pensions en 2108, la revalorisation sera de +0,3% en 2019 et 2020 alors que l’inflation est de 2,3% en un an. Cette nouvelle attaque contre les retraité-es s’ajoute à une série de mesures régressives qui ont sérieusement dégradé leur pouvoir d’achat.

La FSU rappelle que la hausse de 1,7 point de la CSG depuis janvier 2018 se traduit par une perte moyenne de 500 euros par an pour 9 millions de retraité-es.

Au printemps, le gouvernement avait annoncé des mesures spécifiques pour 100 000 retraité-es. Mais le rapport parlementaire d’application de la loi fiscale n’a pas trouvé trace de l’application de cette mesure. Ce rapport confirme également qu’une majorité de retraité-es ne sera pas concernée par la suppression progressive de la taxe d’habitation prétendument destinée à « compenser » la hausse de la CSG.

Le gouvernement décide aujourd’hui d’une nouvelle perte de pouvoir d’achat des retraité-es. Cette décision prépare-t-elle de nouvelles mesures régressives pour l’indexation des pensions dans la future réforme des retraites ?

« Il faut contenir les dépenses » martèle sans relâche le Premier ministre. Mais, une fois de plus, le gouvernement élude la question d’un meilleur partage des richesses et poursuit sa politique libérale en faveur des plus riches. Quid de la suppression de l’ISF ? Des profits du CAC 40 qui se sont envolés cette année y compris pour des entreprises qui licencient ?

La FSU dénonce le refus du gouvernement de revaloriser les pensions des retraité-es. Elle demande des mesures immédiates pour améliorer leur pouvoir d’achat qui passent par une revalorisation significative des pensions calculées à minima sur l’inflation, le retour à une indexation calculée sur les salaires, la suppression de l’augmentation de la CSG et l’augmentation des APL.

Elle appelle également les retraité-es à poursuivre la signature des pétitions pour la suppression de l’augmentation de la CSG et à participer massivement aux deux journées d’action prévues les 3 et 9 octobre prochains.

arton4755.jpg

 

23 avril 2018

Du nouveau pour les ASE et les EJE

Tract passage en A medicosociaux Mars2018.pdf

Le protocole PPCR (« Parcours professionnels, Carrières, Rémunérations ») est un ensemble de mesures statutaires et indiciaires signés par les organisations syndicales FSU—CFTC—UNSA—CFDT lors de la précédente mandature de M. Hollande après une longue phase de concertation, de négociation et de manifestation.

fsu.png

La FSU a signé le protocole PPCR le 30 Septembre 2015 car il est (toujours) urgent d’en finir avec le mouvement de dévalorisation des carrières et des rémunérations des agents de la fonction publique.

Mais elle en a dans le même temps souligné les insuffisances dont celle d'un calendrier, entre 2016 et 2020 selon les catégories, trop étalé après 25 années sans mesure d’ensemble et six années de gel de la valeur du point d’indice conduisant à plus de 15% de perte de pouvoir d’achat sur le traitement indiciaire soit deux mois de rémunération principale.

Le PPCR a notamment abouti à des mesures générales visant à améliorer les carrières et les grilles de rémunération des fonctionnaires des trois versants de la fonction publique.

Au CD13 un certain nombre d’avancement a été obtenu lors des C.A.P. du 4 Juillet et du 19 Décembre avec le PPCR.

Les mesures contenues dans le protocole « PPCR » (Parcours professionnels, carrières, rémunérations), sont mises en œuvre au Conseil Départemental 13 sous le regard des délégués du personnels.

A tous les niveaux, la FSU territoriale du CD13 se mobilise pour que chacun-e bénéficie d’une revalorisation de sa carrière et de son traitement indiciaire.

Malgré les insuffisances nombreuses que nous pointons dans ce protocole, l’urgence sociale que représente l’amélioration du pouvoir d’achat, la reconnaissance des qualifications et du travail des agents est la priorité syndicale de cette période.

Toutes les avancées d’aujourd’hui avec le PPCR sont autant de points d’appui pour gagner celles de demain.

Une des revendications que la FSU Territoriale portait avec le PPCR concernait le passage en Catégorie A des Assistants Sociaux Educatif et des Educateurs de Jeunes Enfants.

La FSU territoriale n’a pas lâché l’affaire dès l’annonce du Premier Ministre de «geler» en 2018 le PPCR, nous sommes intervenus auprès de ses Ministres, Messieurs Darmanin et Dussopt, pour obtenir le passage en catégorie A des travailleurs sociaux.

Le gouvernement de M. Philippe promulgue le Décret :

C’est le Décret n°2018-183 du 14 mars 2018 qui permettra aux Assistants Territoriaux Socio-Educatif et aux Educateurs Territoriaux de Jeunes Enfants de passer en Catégorie A à compter du 1er Février 2019. Le décret peut être consulté sur le site Légifrance (www.legifrance.gouv.fr).

Nous portons cette revendication depuis de longues années car il y a une injustice envers les travailleurs sociaux qui de part leur parcours de formation (Bac +3) doivent être en catégorie A.

Le combat n’est pas terminé pour autant car nous considérons à la FSU Territoriale que c’est un «A».

Rejoignez nous, nous serons plus fort pour gagner !

 

16 avril 2018

Nous sommes pour la fonction publique, publique et pas privé !

fsu.png

 

 

Avec les organisations Cfe/Cgc, Cftc, Cgt, Fa fp, Fo et Solidaires, CFDT, la FSU appelle à une nouvelle journée de grève et de manifestations le 22 mai prochain car la Fonction publique est aujourd’hui clairement menacée.

Affaiblissement du dialogue social, recours accru au contrat et donc développement de l’emploi précaire, salaires «au mérite», «externalisation» de missions, abandon de «missions de services publics», non reconnaissance du travail des agent·es et de leurs qualifications, dégradation du pouvoir d’achat, «Plan de départs volontaires», prévision de 120 000 suppressions d'emplois en 5 ans dont 70 000 à la Fonction publique territoriale, toujours un agent sur cinq non titulaires sans perspective… voilà le nouveau monde en marche d’Emmanuel Macron !

La FSU Territoriale du CD13 vous informera d’ici le 22 mai.

 

Le tract pour le 22 mai est ici :

greve 22 mai.pdf

16 octobre 2017

Le 10 Octobre les fonctionnaires étaient en grève et dans la rue

capturerouge.jpg

Fonction publique : grève et manifestations réussies, le Mardi 10 octobre
400 000 fonctionnaires ont défilé dans toute la France, 10 000 à Marseille, plusieurs milliers dans la région, dans l'unité syndicale.
L'action doit continuer, la FSU s'y emploiera pour la défense des services publics, du pouvoir d'achat, pour le respect des accords PPCR, contre la suppression des postes, pour la revalorisation de nos métiers, contre la précarité.
Le 24 Octobre, les fédérations de fonctionnaires se réuniront à nouveau pour décider des suites des actions à venir.

171010manif1.jpg

C'est aujourd'hui le 16 octobre que les syndicats sont reçus par le Ministre Darmanin à Bercy.

Nous serons très attentifs au discour du ministére sur la CSG, le jour de carence et le point d'indice. Le pouvoir d'achat des fonctionnaires doit augmenter et rattraper la perte de pouvoir d'achat d'au moins 10%.

La FSU sera aussi très attentive au maintien des postes de fonctionnaires. La suppression de 120 000 postes dont 70 000 dans la FPT est économiquement et socialement inconcevable dans un pays qui augmentent sa population.

171010manif2.jpg

La FSU continuera de mobiliser les fonctionnaires pour l'augmentation des salaires, la création d'emploi statutaire et l'amélioration des conditions de travail !

03 juillet 2017

MOTION D'ACTUALITE de la FSU Territoriale du 29 Juin 2017

fsu.png

Stop à la casse du travail social !

Pour le maintien et le développement de la Protection de l’Enfance

L’ensemble du champ du travail social -des centres communaux d’action sociale jusqu’à la prévention spécialisée en passant par les institutions et structures publiques et associatives (privés à but non lucratif) assurant des missions de service public de ce secteur- fait face à de nombreuses atteintes.

Dans les Conseils départementaux, malgré le fort investissement des agents publics, les services qui participent aux actions de promotion de la santé, comme la PMI, de l’action sociale, ou encore de la protection de l’enfance et de la jeunesse, telle l’Aide Sociale à l’Enfance, sont exsangues.

Pour ce qui relève de la Protection de l’Enfance, les Collectivités sont confrontées à une montée exponentielle de l’activité à laquelle se combine un asséchement des ressources budgétaires lié aux transferts de compétences non compensés par l’État et à la baisse des dotations globales de fonctionnement, ainsi qu’au désengagement de partenaires publics et du secteur privé non lucratif.

Cette situation entraîne un amoindrissement de moyens structurels, institutionnels et humains pour nombre de Collectivités, au point de constater des prises en charges d’aide éducative différées, des suspensions ou des arrêts de prestations -dont pour les mineurs non accompagnés-, des fermetures d’établissements sociaux et éducatifs…

Les Conseils départementaux mis en difficulté en réduisent aussi leurs financements, et pour espérer un moindre coût des prestations, certains même n’hésitent pas à organiser des appels à projet ou des appels d’offre mettant en concurrence des associations habiletés. C’est donc aussi à une marchandisation progressive, au travers de Contrats à Impact Social subordonnant l’action sociale au monde de la finance, que subit la population en besoin d’aide, de soutien et d’accompagnement.

L’aggravation de la pauvreté et de la précarité de familles place des enfants et des jeunes exposés en situation de danger, de délaissement ou de détresse : le service public de la Protection de l’Enfance est fortement sollicité. Pourtant, paradoxalement, on assiste à l’accélération de la dégradation des conditions de travail et de la qualité des services rendus et les personnels se trouvent confrontés aux logiques libérales de leurs employeurs : rentabilité ; contrôle social ; exigences normatives ; management...Cela ne peut plus durer !

La FSU-Territoriale s’investit fortement dans différentes mobilisations tant localement -Bouches-du-Rhône, Meurthe et Moselle, Paris, Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis, Val-de-Marne,...et en soutien du secteur habilité comme dans le Maine-et-Loire, mais aussi nationalement dans le cadre des EGATS ou d’autres initiatives unitaires.

La FSU-Territoriale s’oppose au démantèlement de pans entiers du travail social (action sociale, aide sociale à l'enfance, prévention spécialisée, protection maternelle et infantile, insertion…),

La FSU-Territoriale revendique la compensation par l’État des financements dus, des budgets et moyens institutionnels et humains à hauteur pour des prises en charge de qualité, La FSU-Territoriale exige l’ouverture de structures d’accueil, la création de postes et l’embauche de professionnels, des conditions de travail garantissant l'accueil et l'accompagnement des personnes et respectueuses de la santé physique et morale des personnels,

La FSU-Territoriale combat les politiques d'austérité, les appels à projet et les contrats à impact social. Le travail social doit retrouver ses fondamentaux d’actions sociales et éducatives, facteurs de cohésion sociale, et rejeter toutes dérives sécuritaires, répressives, stigmatisantes, discriminatoires, normatives et marchandes !

Motion adoptée à l’unanimité du Bureau délibératif national

 

16 juin 2017

La cohésion sociale de la DGAS se mobilise

Réunis toujours aussi nombreux en Assemblée Générale le 16 mai 2017, les professionnels de la DGAS et plus particulièrement ceux de la Cohésion sociale débordés par des missions qui ne sont pas les leurs, un public laissé à l’abandon par nos partenaires, une Collectivité qui ne semble pas en mesure de se positionne décident d’agir !

Une délégation d’une cinquantaine de travailleurs sociaux, secrétaires ou agents de l’insertion s’est rassemblée devant la CAF des Bouches du Rhone le Mardi 6 juin au matin pour dénoncer les conséquences de la Politique d’une des plus grosse CAF de France – près de 400 000 allocataires- sur le public et sur le travail social départemental.

Le désengagement de cette institution, l’obstruction organisée par la CAF de l’accès aux droits, les fermetures d’accueil, et le retard dans le traitement des dossiers CAF (190 000) pièces fournies par les familles non traitées…), enfin la détresse du public accueilli chaque jour en MDS ont conduit les agents présents à l’Assemblée générale à prendre position.

En effet, si un temps les professionnels pouvaient être facilitateurs dans les démarches, aujourd’hui ces institutions n’hésitent plus à dicter leurs ordres aux travailleurs sociaux les considérant comme leurs propres employés exécutants.

Ainsi la CAF, la MSA demain, le Pôle emploi, la CPCAM….ont de nouveaux personnels.

Ceux du Conseil Départemental !

Les retards engendrés par ces désengagements successifs entrainent la mobilisation accrue des budgets d’aide sociale départementale et centrent l’intervention des professionnels de travail social sur le seul accès aux droits !

Les courriers des syndicats FSU/CGT adressés à Madame la Présidente de décembre 2016 et février2017 sur ce sujet sont restés sans réponse.

D’autres sujets comme ceux des CAP -chèques accompagnement personnalisés-, la carence en hébergement pour les familles en rupture de logement, le remplacement des postes vacants…. Enfin de la revalorisation de notre régime indemnitaire-IRFSTS ont conduit l’Assemblée Générale à voté à l’unanimité moins une abstention, le dépôt de grève reconductible à compter du 15 juin 2017. En pièce jointe au mail retrouver le détail du préavis de grève. Et a d’ores et déjà arrêter une AG pour le mardi 13 juin 2017.

Afin de pouvoir vous restituer la teneur des échanges obtenus dans le cadre de la rencontre préalable au préavis nous donnons RDV à tous les agents en

AG le mardi 13 juin 2017 et le jeudi 15 juin à 9h à l’hôtel du département en salle A 1131 C. nous voterons ensemble la poursuite ou la levée de la mobilisation en fonction des réponses apportées par la Collectivité. A partir d’aujourd’hui soyez attentifs aux Infos CGT /FSU annonçant la date du RDV préalable.

Mais face à l’ampleur et à la multiplicité des problèmes rencontrés, un seul choix se faire entendre !!!

 

Préavis de grève DGAS du 15 juin 2017.pdf

 

 

Les personnels du Conseil Départemental mobilisés contre la politique de la CAF des Bouches du Rhône

Depuis plusieurs années, le Ministère des Affaires sociales impose aux CAF une politique de réduction des coûts et d’effectifs qui chaque jour fait s’enliser un peu plus le service dû aux allocataires et est responsable de véritables drames pour les familles dépendantes du versement des prestations sociales.

Dans les Bouches du Rhône, les agents de la Direction générale de la Solidarité du Conseil départemental sont les témoins impuissants de la prise d’otage du public allocataire, opérée par la CAF.

En effet, la fermeture de nombreux accueils du public, la généralisation de l'accueil sur rendez-vous, et le développement des nouvelles technologies (internet, bornes, etc...)- qui avaient été annoncés comme la solution pour réduire les retards dans le traitement des dossiers allocataires - ont des conséquences directes sur les modes d’interventions de travailleurs sociaux qui avant même de pouvoir travailler sur leurs missions de prévention et d’ aide à l’autonomie des personnes … sont obligés de centrer leur action sur l’accès aux droits et l’aide alimentaire. Les secrétariats et les travailleurs sociaux des Maisons de la Solidarité sont débordés par la demande d’un public malmené par la CAF et au-delà d’être solidaires des populations en détresse se doivent d’agir pour dénoncer cette situation.

Aujourd’hui 190000 pièces administratives sont toujours en attente de traitement, les dossiers incomplets entrainent de nouvelles suspensions des droits et des ruptures totales de ressources.

L’intervention des services départementaux pour tenter d’apporter une aide de première urgence au public victime de la politique du CAF est exponentiel.

La rencontre du 5 décembre 2017 avec l’administrateur provisoire de la CAF n’a pas permis d’entre-ouvrir le dialogue, la situation continue elle à s’aggraver pour les populations.

Le public impuissant et désemparé reçu au sein des Maisons départementales de la solidarité vient dire aux professionnels de l’action sociale sa détresse face à des ruptures de ressources de plus en plus fréquentes, laissé sans le minimum vital durant plusieurs mois et ce dans un département de presque 400 000 allocataires où près de 40 % d’entre eux ne vit que des prestations familiales; il témoigne de files d'attente interminables devant la CAF, et ce dès 6 H 30 du matin, d’une impossibilité de voir son dossier traiter en urgence, d’un accès de plus en plus complexifié aux droits aux familles….

Les syndicats CGT et FSU du Conseil départemental déjà mobilisés le mois dernier aux côtés du service social CAF prennent aujourd’hui l’initiative, Mardi 6 juin 2017, d’un rassemblement devant la CAF des Bouches du Rhone dès 8h30 et ce en présence d’un public nombreux dans l’attente du déblocage de sa situation.

Nous donnons RDV aux journalistes Mardi 6 juin 2017-jour de versement « ou pas » des allocations familiales à 10h devant la CAF des BDR chemin de Gibbes 13014 Marseille.

IMG_20170606_101449.jpg

 

29 mai 2017

Grève et manifestation des agents de la Protection de l'Enfance du CD13

PROTECTION DE L’ENFANCE

Tous en grève reconductible le lundi 29 mai 2017 !

Des Professionnels à bout de souffle, des enfants malmenés, des équipes

déterminées à agir. L’Assemblée générale du 9 mai 2017 a réuni plus de 70

professionnels de l’enfance, issus de tout le département (22 MDS), de la DIMEF,

du pôle inspecteurs, du SAF: Assistantes sociales, Éducateurs spécialisés,

psychologues, adjoints de gestion administratifs, assistante familiale, oeuvrant

autour des missions de protection, de prévention, des IP, de l'accueil familial...

La suite sur le tract en PJ :

Tract D'APPEL greve Protection de l'Enfance 052017.pdf

Protection de l'enfance CD13 Mai2017bb5.jpg

D'abord le rassemblement dans l'atrium avec les prises de paroles des déléguées FSU - CGT.

Protection de l'enfance CD13 Mai2017bb6.jpg

Puis le temps de la concertation et du débat sur le déroulement de la journée de lutte.

Protection de l'enfance CD13 Mai2017bb4.jpg

Le départ vers le commissariat de St Just avec une photo sur les marches de HD13.

Protection de l'enfance CD13 Mai2017bb3.jpg

La manif prend la direction de l'avenue de St Just en scandant les mots d'ordre pour des conditions de travail décentes avec le recrutement de Travailleurs Sociaux et de places d'acceuil pour les nombreux enfants.

Protection de l'enfance CD13 Mai2017bb.jpg

Enfin l'arrivée devant le commissariat de St Just pour le dépot de plainte.

Les personnels réunit en assemblée générale décideront dans l'après midi les suites de la lutte.

fsu.png   

21 avril 2017

Cadre d'emplois des Psychologues Territoriaux (Décrets n° 2017-545 et 546 du 13 avril 2017 portant statut particulier et échelonnement indiciaire applicable aux psychologues territoriaux)

Le décret 2017-545 qui procède à la mise en œuvre, au bénéfice des membres du cadre d’emplois des psychologues territoriaux, des dispositions du protocole relatif aux parcours professionnels, carrières et rémunérations et à l’avenir de la fonction publique.

Il vise à instituer à compter du 1er janvier 2017, dans le cadre d’un processus d’harmonisation des modalités d’avancement d’échelon entre les trois versants de la fonction publique, un cadencement unique d’avancement d’échelon.

Il prévoit les dispositions afférentes à la nouvelle structure de carrière instaurée à cette date et dans le cadre de dispositions transitoires, il mentionne les règles de reclassement des agents concernés dans la nouvelle structure de carrière.

Le décret 2017-546 fixe le classement indiciaire du corps des psychologues de la fonction publique territoriale pour les années 2017, 2018, 2019 et 2020 dans le cadre de la mise en œuvre du protocole relatif aux parcours professionnels, carrières et rémunérations et à l’avenir de la fonction publique.

decret_n_2017-545_du_13_avril_2017_modifiant_le_decret_n_...

decret_n_2017-546_du_13_avril_2017_modifiant_le_decret_n_...

fsu.png

 

10 avril 2017

Communiqué de presse et pétition de la FSU Territoriale pour les travailleurs sociaux

CP_SNUTER-FSU_TS_avril-2017-ok.pdf

suite au communiqué de presse, vous trouverez ci-dessous le lien de la pétition de la FSU-Territoriale qui doit être très largement soutenue par vos signatures.

Je signe la pétition nationale :

https://www.petitions24.net/travailleurs_sociaux__bac__3_...

fsu.png

13 février 2017

Grève et manifestation pour le service le public le 7 mars 2017

Mobilisation 7 mars 2017
« Le service public, moi j’y tiens, arrêtons la casse !

Communiqué intersyndical
« Le service public, moi j’y tiens, arrêtons la casse ! »
Le 7 mars 2017 toutes et tous en grève

Les organisations syndicales de la Fonction publique territoriale CGT, FO, FAFPT et SNUTER-FSU, dans la continuité des actions menées depuis plusieurs mois (Loi MAPTAM, NOTRe, Loi El Khomri, ATSEM …) appellent l’ensemble des personnels à participer à la journée de grève et de manifestations du 7 mars 2017.

La casse des services publics s’amplifie partout avec :
- La mise en place de la réforme territoriale, qui s’accompagne de mutualisations des services, de mobilité forcée, de remise en cause du temps de travail, de privatisations de services…
- La baisse des dotations de l’état (DGF), qui entraîne notamment pressions sur les effectifs, suppressions de postes (non-remplacement de départ à la retraite, fin de contrats de non titulaires…), fermetures de services, dégradation de nos conditions de travail…
- La mise en place du RIFSEEP qui accentue l’individualisation de la rémunération ;
- La revalorisation du point d’indice largement insuffisante, ne compensant pas les pertes de rémunération accumulées depuis de trop nombreuses années ;
- La remise en cause des droits conquis, des primes, de l’action sociale, du 1% CNFPT…
Tout cela conduit à une situation historiquement catastrophique dans nos collectivités, causée par les politiques d’austérité menées depuis plusieurs années par les différents gouvernements au service de la finance.
Depuis le 1er janvier la situation des agents se détériore encore plus avec :
- La fusion des Établissements Publics de Coopération Intercommunale (40% de disparitions) ;
- La création de nouvelles métropoles ;
- La création de communes nouvelles, qui interviendront en 2017.
Des dizaines de milliers de postes sont menacés ! Les modalités d’organisation du temps de travail sont remises en cause pour en allonger la durée !
Depuis plusieurs mois les mouvements de grève se multiplient, ils s’inscrivent dans la durée.
Comme dans les hôpitaux, les maisons de retraite, l’enseignement, la Sécurité sociale, ces conflits dans nos collectivités viennent confirmer notre constat, que toutes ces remises en causes s’attaquent au service public qui est un gage d’égalité de traitement de tous les citoyens, attaquant par la même l’ensemble des salariés qui le servent.
Nous nous devons d’organiser la résistance face à ces attaques concertées contre le service public local.
Les Fédérations CGT-FO-Sud Santé et Action sociale appellent, elles aussi à la grève le 7 mars sur le champ social, sanitaire et médico-social, dans le public comme dans le privé, pour la défense d’une santé publique accessible à toutes et à tous et pour la défense de la protection sociale. Ce combat pour notre système de soins solidaire est évidemment aussi le nôtre.
D’autres appels à l’action ont été lancés à l’État, dans le secteur de la protection sociale et chez les retraités pour le 7 mars.

Pour mettre un coup d’arrêt aux attaques et porter les revendications, nos organisations ont décidé de prendre leurs responsabilités et appellent les agents territoriaux à participer massivement aux côtés de nos collègues hospitaliers et de l’État à la mobilisation nationale du 7 mars dans la Fonction publique.
Et parce qu’au-delà des attaques actuelles, les propositions et annonces qui émergent du débat électoral et qui remettent en cause nos acquis collectifs (emplois, statuts, protection sociale …) nous imposent, agents publics, de prendre la parole et d’exprimer notre profond attachement au service public et à la Fonction publique.
Contre la casse de la Fonction publique territoriale, des services publics et de la protection sociale, pour l’augmentation des salaires, pour l’égalité professionnelle femmes/hommes, pour la défense des garanties statutaires, pour les créations de postes indispensables, pour de meilleures conditions de travail, pour le droit à la formation professionnelle.

TOUTES-TOUS EN GRÈVE ET EN MANIFESTATION LE 7 MARS
Montreuil, le 9 février 2017