SNUTER CD 13 FSU

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13 juin 2014

Retraites et salaires

La baisse des cotisations retraite des fonctionnaires n’est pas une solution ni une demande de la FSU

Le 13/06/2014

Pour augmenter vraiment le pouvoir d’achat pour tous, il faut revaloriser le point d’indice bloqué depuis juillet 2010.

Les agents percevant entre 1 et 1,5 smic (jusqu’à l’indice majoré 467) verront leurs cotisations diminuer au 1er janvier 2015 : entre 2 % (pour les plus bas salaires) et 0,2 % (pour les plus hauts).
Comme l’indique notre secrétaire général, Didier Bourgoin : La ministre insiste sur le gain de pouvoir d’achat : 556 euros nets par an. Mais c’est un maximum. « C’est comme un prix d’appel au moment des soldes ; en réalité de nombreux agents vont percevoir à peine 50 euros par an ».

26 mai 2014

Le pouvoir d’achat et les salaires : c’est prioritaire !

Les agent territoriaux sont les salariés les plus malpayés en France (source INSEE janvier 2014).Que ce soit pour les catégories A, B ou C le pouvoir d’achat baisse. C’est la conséquence des politiques austéritaires, de l’augmentation des cotisations sociales et de la TVA, et de l’absence d’une réforme fiscale d’envergure plus juste et plus solidaire.
Cette situation sans précédent a de graves répercussions sur les rémunérations et le pouvoir d’achat de tous les agents de la Fonction Publique.

Rappelons ici l’importance des services publics locaux et des agents qui permettent un égal accès aux droits pour toute la population.

EXIGEONS ENSEMBLE :
 65 points d’indice en plus pour toutes et tous (300€/mois)
 le minimum Fonction Publique (SMIC) à 1 700€
 la reconnaissance de nos qualifications

clias_nat_tract_salaires_21-05bis.pdf

15 mai 2014

15 mai : action unitaire pour nos salaires et l’emploi !

Après les annonces du premier ministre qui confirme le gel du point d’indice des fonctionnaires et annonce celui des pensions de retraite et des prestations sociales, il est grand d’agir. Avec la quasi totalité des fédérations de fonctionnaires, la FSU appelle tous les agents à se mobiliser le 15 mai prochain.

Nous n’accepterons pas 7 années blanches pour nos salaires ! C’est une décision injuste d’autant que les pertes de pouvoir d’achat sont déjà lourdes dans un contexte où les inégalités salariales sont grandes, notamment entre les femmes et les hommes, où 20% des agents sont payés au niveau du SMIC, où il y a près d’1 million de non titulaires, beaucoup de précarité et que toutes les qualifications sont loin d’être reconnues. Le gel du point d’indice pénalise d’abord les jeunes et les personnels les moins rémunérés.

C’est économiquement inefficace ! Qui peut croire que le seul effort des fonctionnaires, comme de l’ensemble des salariés, et maintenant des retraités, va combler un déficit alors que cela fait des années qu’ils payent déjà pour enrayer une crise dont les causes sont liées d’abord à la financiarisation de l’économie. Quant à l’emploi public, si la FSU acte positivement le maintien des engagements présidentiels en matière d’emploi pour les secteurs prioritaires, elle considère que le faire par redéploiement fragilise d’autres secteurs.

C’est pourquoi elle rappelle l’urgence à créer les emplois de qualité partout où cela est nécessaire. Les investissements pour moderniser les services publics et la fonction publique, pour la rendre plus attractive, sont nécessaires. Il est indispensable de développer des services publics de qualité et de proximité pour lutter contre les inégalités et les fractures sociales dans et entre les territoires. Le15 mai prochain, il revient à tous les agents de la fonction publique de se mobiliser pour exiger la fin du gel du point d’indice et l’ouverture de négociations et la création des emplois de qualité nécessaires.

12 mai 2014

Grèves et manifestations le jeudi 15 mai

 Augmentation des Salaires et pensions dans la fonction publique, création d'emplois publics

Grèves et manifestations dans la fonction publique le jeudi 15 Mai à l'appel de 7 fédérations de fonctionnaires
Rendez vous : Marseille 10h30 Vieux Port

Les organisations syndicales CFDT – CFTC – CGT – FA-FP – FSU – SOLIDAIRES et UNSA de la fonction publique constatent que le gouvernement demeure sourd à leurs exigences en matière de salaire et d’emploi public.

Pire même : s’agissant de la valeur du point d'indice, le Premier Ministre confirme la politique d’austérité salariale en affirmant sa volonté de maintenir son gel jusqu’en 2017. L’hypothétique « clause de revoyure » évoquée ces derniers jours ne change rien à la question. Pas davantage que les éléments de communication mis en avant de manière tendancieuse sur le « coup de pouce » en direction des bas salaires, présenté comme une nouveauté alors qu’il a été décidé à l’automne dernier et est mis en œuvre depuis le 1er février.
Sur l’emploi public, aucune inflexion n’est envisagée pour faire face à la précarité qui perdure et aux sous effectifs qui existent et s’aggravent dans de nombreux secteurs.

Face à cette politique inacceptable, nos organisations syndicales continuent de revendiquer :

  • Une revalorisation immédiate du point d’indice ;

  • La refonte de la grille pour une meilleure reconnaissance des qualifications ;

  • L’intégration d’une large partie des primes dans le traitement indiciaire ;

  • L’égalité salariale entre les femmes et les hommes ;

  • Des emplois statutaires pour faire face aux besoins ;

  • Le développement des garanties pour les contractuels ;

  • Des perspectives de carrière et de mobilité choisie pour tous les agents

  • La possibilité d’exercer des missions de service public dans des conditions décentes.

C’est sur ces bases qu’elles demandent l’ouverture sans délai de négociations.

Plus que jamais, face à l’intransigeance du gouvernement, elles appellent les agents des trois versants de la Fonction publique à se mobiliser massivement le 15 mai, notamment par la grève, et à participer nombreux aux rassemblements et manifestations organisés ce jour-là.

La défense des salaires, de l'emploi, des missions s'inscrit dans une bataille pour l'amélioration des services publics qui doivent être au service de toute la population, notamment dans cette période.

Les organisations syndicales CFDT – CFTC – CGT – FA-FP – FSU – SOLIDAIRES et UNSA ont prévu de se revoir dès le 15 mai au soir.

Un rendez vous est fixé avec la Ministre de la Fonction publique le 19 Mai, la journée d'actions et de grèves du 15 doit être un élément important dans la constitution d'un rapport de forces permettant d'imposer l'ouverture de véritables négociations sur les salaires et l'emploi.

Elles appellent les salariés des trois versants de la fonction publique et des services publics à manifester dans l'unité le Jeudi 15 Mai. 

Défendons ensemble le travail social

ASSISES INTERREGIONNALES

DU TRAVAIL SOCIAL 

Assemblée Générale

Mardi 1 3 Mai 2014

Nos organisations syndicales vous invitent à poursuivre les rencontres structurant l’organisation  de notre mobilisation dans le cadre des Assises interrégionales du Travail social  qui se dérouleront le vendredi  27 juin 2014 à Marseille.

Le  3 mars dernier,  nos 2 organisations syndicales ont participé  au  comité de pilotage (présence  imposée suite à la mobilisation du 31 janvier) et confirment nos premières inquiétudes, l’absence de volonté de laisser le temps à la  mise en place d’un véritable travail d’analyse et enfin un manque de transparence  sur les finalités réelles de ces Assises.

Le 18 avril 2014, des ateliers étaient organisés - une fois encore dans le plus grande confusion et discrétion nous avons pu compter 59 participants, répartis sur 4 ateliers et censés représenter, le Grand Sud ??

Depuis notre première mobilisation du 31 janvier dernier, d’autres départements s’expriment et font part d’organisation confuse, de la faible participation des travailleurs sociaux, et de la volonté à peine masquée de reformer les formations afin de valider au plus vite la création d’une formation a bac plus 2 voire 1 d’intervenant social.

Ensemble le 27 juin 2014,  donnons l’occasion au gouvernement de revoir sa posture et valider nos revendications.

Les travailleurs sociaux sont avant tout des militants, impliqués et investis !

Retrouvons nous en assemblée générale

Mardi 13 Mai 2014 de 14h à 17h salle A1123 C

Demandez vos heures de délégation syndicale

Défendons ensemble

le travail social !

 

05 mai 2014

CFDT – CFTC – CGT – FA-FP – FSU – Solidaires – UNSA

Le Jeudi 15 mai 2014

Les organisations se mobilisent avec les agents pour dire STOP à la baisse du pouvoir d’achat Ensemble, nous exigeons : 

1 - Des rémunérations revalorisées. 

2 - Des emplois publics de qualité correspondant aux besoins.

1 - Des rémunérations revalorisées

La politique d’austérité fait peser, depuis des années, une contrainte lourde sur les rémunérations des agents dans la Fonction publique :

Blocage de la valeur du point d’indice, ralentissement des avancements, stagnation des grilles indiciaires.

La politique salariale privilégie l’individualisation des rémunérations au détriment du dispositif collectif. La part des primes et indemnités augmente par rapport au traitement de base.

Les organisations syndicales revendiquent :

Une revalorisation immédiate du point d’indice.

La refonte de la grille pour une meilleure reconnaissance des compétences et des qualifications.

2 – Pour la qualité de l'emploi public

Dans toute la Fonction publique, les conditions de travail n’en finissent plus de se dégrader. Les abandons de mission, les suppressions d’emploi, la détérioration des conditions matérielles font perdre le sens du travail et créent des situations intenables pour les agents.

Les organisations syndicales dénoncent la précarisation de l’emploi public et la multiplication des emplois à temps incomplet.

Elles revendiquent :

Des emplois pour faire face aux besoins.

Le développement des garanties pour les contractuels.

Des perspectives de carrière et de mobilité pour tous les agents.

La possibilité d’exercer des missions de service public dans de conditions décentes.

Pour tous et partout sur tout le territoire, des services publics efficaces qui répondent aux besoins d’aujourd’hui et qui anticipent ceux de demain.

Les organisations syndicales CFDT – CFTC – CGT – FA-FP – FSU – Solidaires – UNSA

 appellent les agents des trois versants de la Fonction publique à une journée nationale d’action et de mobilisation le 15 mai prochain, journée qui pourra prendre des formes diversifiées (rassemblements,manifestations, grèves, arrêts de travail...)

 

22 avril 2014

Annonces gouvernementales :indignation et colère !

Communiqué de presse FSU
 
Le premier ministre confirme le gel du point d’indice des fonctionnaires et annonce celui des pensions de retraite et des prestations sociales.

Comment oser reconnaître le « dévouement et sens du service public » des 5 millions d’agents de la fonction publique et les faire applaudir par l’assemblée nationale tout en renonçant à dégeler leurs salaires ! Les agents de la Fonction publique attendent des actes forts.

Pour une cinquième année consécutive, le gel du point d’indice est une décision injuste d’autant que les pertes de pouvoir d’achat sont déjà lourdes dans un contexte où les inégalités salariales sont grandes, notamment entre les femmes et les hommes, où 20% des agents sont payés au niveau du SMIC, où il y a près d’1 million de non titulaires, beaucoup de précarité et que toutes les qualifications sont loin d’être reconnues. Le gel du point d’indice pénalise d’abord les jeunes et les personnels les moins rémunérés.

C’est économiquement inefficace ! Qui peut croire que le seul effort des fonctionnaires, comme de l’ensemble des salariés, et maintenant des retraités, va combler un déficit alors que cela fait des années qu’ils payent déjà pour enrayer une crise dont les causes sont liées d’abord à la financiarisation de l’économie.

Les populations les plus précaires vont voir les prestations sociales nécessaires à leur survie limitées et les services publics garantissant leurs conditions d’existence affaiblis.

C’est bien le modèle social qui est remis en cause.

La FSU acte positivement le maintien des engagements présidentiels en matière d’emploi pour les secteurs prioritaires. Elle restera très vigilante à ce que le budget 2015 traduise dans les faits ces créations.

Mais le redéploiement fragilise d’autres secteurs. C’est pourquoi la FSU rappelle l’urgence qu’il y a à créer les emplois nécessaires à leurs missions.

Si des économies peuvent être envisagées, elles ne peuvent s’affranchir d’une réelle justice sociale. Les entreprises ne peuvent être exonérées ni dédouanées de cotisations sociales et certainement pas de contrôles des aides à l’emploi qu’elles perçoivent. D’autres mesures peuvent être prises comme un meilleur contrôle des prestations déléguées ou l’abandon des recours aux Partenariat Public/Privé.

L’abandon du chantier de la réforme fiscale est une erreur.

Les investissements pour moderniser les services publics et la fonction publique, pour la rendre plus attractive, sont nécessaires. Il est indispensable de développer des services publics de proximité pour lutter contre les inégalités et les fractures sociales dans et entre les territoires.

La FSU portera son analyse et ses demandes lors de la rencontre, demain, avec le premier ministre en rappelant que la bonne méthode de dialogue social consiste à faire primer la concertation sur les annonces médiatiques.

Toutes les générations sont touchées par cette politique. La FSU appelle les retraités à se mobiliser largement lors de la journée du 3 juin prochain pour obtenir de meilleures conditions d’existence et défendre leur pouvoir d’achat.

Les décisions gouvernementales pour la fonction publique et ses agents confortent la FSU dans sa détermination à faire du 15 mai prochain une forte journée d’action unitaire pour défendre la fonction publique, ses agents, leurs emplois et leur pouvoir d’achat.

14 avril 2014

Fonction publique : journée nationale d'action le 15 mai

Les organisations syndicales CFDT - CFTC – CGT – FA/FPT - FSU -SOLIDAIRES - UNSA, dénoncent une nouvelle fois, l'absence de négociations salariales dans la Fonction publique et la dégradation de la qualité de l'emploi public.

La politique d’austérité salariale menée par le gouvernement à l’égard des agents publics aboutit à une baisse incessante de leur pouvoir d'achat. Pourtant son amélioration est un objectif affiché du nouveau gouvernement.

Le contentieux salarial s’accumule et la poursuite du gel du point d’indice est inacceptable !

Les agents de la fonction publique jouent un rôle déterminant dans notre société.

La qualité des services rendus aux usagers est leur préoccupation majeure.

La reconnaissance de leur travail ne peut donc plus attendre.

Le gouvernement doit ouvrir sans délai de réelles négociations sur les rémunérations et garantir des emplois publics de qualité correspondant aux besoins.

Les organisations syndicales exigent une revalorisation immédiate du point d'indice, la refonte de la grille indiciaire permettant la revalorisation de tous les métiers et des mesures de rattrapage.

Elles appellent les agents des trois versants de la Fonction publique à une journée nationale d'action et de mobilisation le 15 mai prochain, journée qui pourra prendre des formes diversifiées (rassemblements, manifestations, grèves, arrêts de travail...).

 

FSU - CGT SAGES-FEMMES : UNE RENCONTRE NECESSAIRE …

Suite à L’Assemblée Générale des sages femmes du 20 février qui avait réuni  de nombreuses professionnelles, un droit d’alerte avait été adressé par nos organisations syndicales à la DRH pour obtenir un rendez vous.

Nous avons été reçus le 4 avril en présence du Directeur des ressources humaines et du Directeur DPMIS.

Nous avons pu aborder les 4 points sur lesquels nous avions interpellé la Direction.

             Sur la question de l’accueil à la consultation de planification  des FLAMANTS et l’absence du rédacteur actuellement en longue maladie : nous avons souligné les difficultés rencontrées tant par les personnels que par le public (insécurité, mises en danger, travail supplémentaire...) Nous demandons l’affectation immédiate d’un personnel volant.

Réponse : Le DRH s’engage à accélérer les procédures afin de pourvoir au remplacement de la collègue actuellement en longue maladie. Par ailleurs, le directeur de la DPMIS  nous fait part du projet d’aménagement des locaux afin de regrouper les équipes PMI, ceci en vue de la mutualisation des moyens.

Pas de délais obtenus pour ces travaux ni de date de déménagement donnée.

Le DRH rappelle qu’un emploi d’avenir va être affecté à la MDS des Flamants et plus particulièrement sur cette consultation de planification

             Sur le poste de la coordonatrice : nous avons fait remonter les questionnements  des professionnelles sur la pertinence de la création d’un tel poste d’autant qu’apparemment il serait pris sur le pool des sages femmes !

 Le directeur de la DPMIS nous a affirmé qu’il pensait que la demande d’un poste de sagefemme coordinatrice émanait des sages femmes elles mêmes (il pensait que les sages-femmes préféraient être managées par une consœur). Il acte donc que si ce poste de coordinatrice n’est pas souhaité par les sages femmes il ne sera pas créé.

Sur les effectifs sages-femmes, nous faisons remarquer que la volante est affectée  à 20% sur  L’Hôpital Nord (tache nouvellement créé sans effectif sup alloué). Nous avons souligné les difficultés de certains secteurs notamment Salon, le DRH nous annonce qu’un mi-temps de sage femme est en cours de recrutement (à ce sujet nos organisations syndicales exigent que cet agent soit recruté en tant qu’auxiliaire et non pas en tant que vacataire)

             Sur l’informatisation des dossiers : nous avons fait remonter les craintes quant à la confidentialité et au contenu des dossiers et sur la difficulté de la mise en œuvre en l’absence de formation. Nous insistons sur le fait qu’actuellement nous  avons du mal à garantir un travail en toute sécurité médicale (complexité, absence de vision globale du dossier, changement complète de pratique professionnelle)

Le directeur de la DPMIS reconnait que sur ce sujet sensible, qui entraine un changement radical des pratiques, même si des professionnels ont participé à la mise en place du projet, l’accompagnement  n’a pas été à la hauteur. Il s’engage à donner des consignes dans ce sens pour une approche plus pédagogique. Les difficultés doivent pouvoir être remontées au Comité de pilotage.

                              

Lors de ce rendez-vous nous avons pu obtenir des réponses souvent partielles à nos questions.

Nous avons abordé la nécessité du renforcement du nombre des sages femmes et de volantes au vu des difficultés croissantes de la population rencontrée mais aussi au vu de l’élargissement des missions (notamment la contraception). Sur ces questions, la collectivité reste sur son leitmotiv : effectifs constants.

Restons vigilantes et mobilisées…..

 

La Fonction publique ne peut plus attendre !

Communiqué de la FSU du 8 avril 2014

Ce n’est pas parce qu’ils n’ont pas compris la politique menée par le gouvernement qu’une partie des français l’ont sanctionné mais parce qu’ils n’ont pas les réponses à leurs questions majeures notamment en matière d’emploi et de pouvoir d’achat.

Le signal envoyé était donc celui de la nécessité d’un changement de cap.
Les citoyens, et particulièrement les jeunes, attendaient des mesures leur permettant
de vivre mieux et d’avoir des perspectives d’avenir. ......
......
Contrairement à cela, la FSU considère que l’ensemble des services publics, la Fonction publique, doivent être mobilisés pour répondre à la crise et aux enjeux d’avenir.
Le développement de services publics de qualité est un impératif. L’Etat et les collectivités locales doivent pouvoir jouer mieux leur rôle sur l’ensemble du territoire.
L’annonce de la suppression de la clause de compétence générale, de la réduction du nombre de de régions et d’institutions rajoutent à la confusion à un moment ou des projets de loi sur la décentralisation sont toujours en cours d’examen.
La FSU prévient qu’elle n’acceptera pas qu’une telle restructuration institutionnelle soit l’occasion de faire des économies ni de réduire encore les prérogatives de l’État.

Parce qu’il est urgent que le gouvernement entendent les salariés, les chômeurs, les retraités et les jeunes, la FSU les appelle à se mobiliser, dans l’unité syndicale la plus large possible, dès le 1er mai.
Le 3 juin sera aussi un rendez-vous majeur pour défendre de meilleures conditions d’existence aux retraités.
La FSU appelle les agents de la Fonction publique à participer massivement à la journée nationale d’action unitaire le 15 mai prochain pour défendre l’avenir de la Fonction publique et la revalorisation salariale de tous les agents de la fonction publique.