SNUTER CD 13 FSU

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23 mars 2015

Congrés du SDU13-FSU les 19 et 20 Mars

Notre syndicat départemental a organisé son congrès statutaire les 19 et 20 Mars au Lycée St Charles à Marseille.

A l'ordre du jour :

Rapport d'activité et rapport financier. Bilan Elections professionnelles 2014. Elections du Bureau et du Conseil Départemental.

A l'occasion de ce congrès plusieurs motions d'actualité ont été présentées et adoptées.

MotionSDU13 (C)[1].pdf

MOTION SDU 13 (A).pdf

MOTION SDU 13 (B).pdf

20150320_125836.jpg

Les militants du SDU13-FSU sont repartis de ce congrès avec la conviction que notre indépendance et nos luttes pour un service public de qualité au plus près des usagers étaient renforcés. Nous nous sommes donnés rendez-vous le 9 avril pour la journée d'action interprofessionnelle sur les salaires et le pouvoir d'achats, les emplois et le service public.    

09 mars 2015

Fonction publique : un écart salarial de 12 % entre les femmes et les hommes

Trois études publiées le 6 mars par le défenseur des droits constatent l’écart persistant de rémunération entre les femmes et les hommes : 12 % dans la fonction publique, 19 % dans le secteur privé.

L’écart de salaire global moyen entre les femmes et les hommes est de 12 % dans la fonction publique, contre 19 % dans le secteur privé. C’est ce qu’observe le défenseur des droits dans trois études publiée le 6 mars – deux jours avant la Journée internationale du droit des femmes – réalisées avec la direction générale de l’administration et de la fonction publique (DGAFP) et portant sur des données de 2009 hors enseignants

ecart_de_remuneration_entre_les_femmes_et_les_hommes.pdf  Les écarts les plus marqués sont constatés dans la fonction publique d’État (16 %), avant l’hospitalière (14 %) et la territoriale (8 %).

Certains ministères sont présentés comme de très mauvais élèves, avec un écart supérieur à 15 % :

les Affaires étrangères, l’Intérieur et les services du Premier ministre.

Les femmes, que la maternité demeure une source d’inégalité persistante et que l’écart de rémunération entre les femmes et les hommes s’accroît tout au long des carrières.

Deux éléments majeurs expliquent ces écarts. D’abord les caractéristiques associées au niveau de salaire : diplôme, âge, situation familiale, part du temps partiel, région de travail, etc., où les femmes et les hommes ne se répartissent pas de la même manière. Mais à cette raison structurelle, s’ajoute un second effet qui renvoie, pointe le défenseur des droits, “aux traitements genrés des carrières et des rémunérations”.

06 mars 2015

Le 8 Mars Journée de la Femme

Le 8 mars 2015, à Marseille, lancement de la 4ème Marche mondiale des femmes "Pour un monde de justice et de paix" Rendez-vous à 11h00 à l’esplanade de la gare St Charles puis Marche jusqu’au Vieux-Port. Rassemblement sous l’ombrière à 12h30 et à 15h00 à la Maison de la Région, 61, la canebière 13001
Prise de paroles à l’exposition « Femmes et résistance » Renée Dray-Bensoussan, Judith Martin-Razi et Nicole Thuet suivie d’une rencontre-débat sur l’actualité internationale du combat des femmes et les initiatives prévues en 2015.
- Justice climatique/ souveraineté alimentaire ;
- Violences contre les femmes ;
- Montée des extrêmes (extrême-droite et extrémismes religieux) ;
- Migrations et mondialisation ;
- travail des femmes et autonomie financière

La FSU des Bouches du Rhône soutient et participe au lancement de la Marche Mondiale des Femmes, elle appelle ses militant-e-s à participer aux rassemblements et initiatives prévues ce jour-là, fidèle à son engagement pour l'égalité femmes-hommes, l'égalité professionnelle et l'égalité des droits.

23 février 2015

DGAS : au niveau local, comme au national, le personnel déterminé dit STOP !

Les Assemblées Générales de Port-de-Bouc, Marseille, Arles et Marignane ont rassemblé nombreux le personnel des MDS, de la PMI et des Pôles d’Insertion.

Les thèmes abordés à l’ordre du jour étaient les suivants :

 - «La démarche d’évaluation de l’organisation en MDS » bilan propositions : restitution de la présentation faite par la Directrice de la DITAS, en présence du DGAS et de la DRH ;

- Échange autour de l’accompagnement global et du contenu de la convention qui lie le Conseil général à Pôle emploi… ;

- Présentation de la fiche alerte Protection de l’Enfance élaborée en fin d’année ;

- La multiplication des situations de violence à la DGAS ;

- Le devenir des 4 métiers du travail social en question.

Les personnels présents aux A.G. et représentant l’ensemble du Territoire ont décidé :

Au plan national :

De s’opposer avec force et poursuivre l’action pour le retrait immédiat de la mise en oeuvre du projet de ré-architecture des métiers.

Mobilisation prévue le 17 mars 2015 dans le cadre de la Journée Mondiale du Travail Social. Faisons reculer le gouvernement !

TOUS EN GRÈVE !

Au plan local :

De s’opposer immédiatement et avec force à la participation des travailleurs sociaux du département à la mise en oeuvre de la Convention d’Accompagnement Global qui lie le conseil général au Pôle Emploi au 1er janvier 2015.

Elle instaure un concept inédit : le binôme travailleur social /Conseiller emploi en co-responsabilité ; Elle porte atteinte au code de déontologie des assistants de service social plus largement ; Elle demande aux professionnels d’inscrire leur action dans un cadre prescrit, accompagné d’une injonction : « Lever les freins à l’emploi. »

Un courrier a été adressé au Président pour l’informer de notre refus de collaborer à ce type de protocole et de notre volonté d’être reçus sous 8 jours.

Nous appelons le personnel à se rendre disponible pour le RDV qui nous sera fixé (ce dernier sera communiqué par mail à l’ensemble du personnel) et, en fonction des réponses apportées, un préavis de grève sera à déposer.

faire connaitre les dérives de la mise en œuvre de la Protection de l’enfance, après des années d’alertes sans résultat.

De redonner du sens à nos interventions, faire respecter nos modes d’intervention pour protéger les professionnels et maintenir un service public de qualité : le CHSCT et la DGAS sont interpellés.

Ensemble, défendons nos métiers et le sens de nos missions !

 

19 janvier 2015

Communiqué de la FSU des Bouches du Rhône

fsu.png

Marseille, le 19 janvier 2015


Conditions de travail, emploi, salaires sont les préoccupation des salariés du public et du privé.
Dans la fonction publique, le solde global des emplois est négatif malgré un besoin accru de services publics. Le salaire de fonctionnaires est gelé depuis de trop nombreuses années et le pouvoir d'achat est en baisse régulière. L’ensemble des personnels est confronté au gel du point d’indice et à l’absence de perspectives concernant la revalorisation de leurs missions et de leurs salaires.
La FSU appelle à la grève nationale dans le secteur de l'éducation le 3 février, où malgré des créations de postes, les conditions d’exercice restent difficiles. La formation initiale et continue doit être améliorée de manière urgente.
La FSU 13 est aussi engagée avec ses partenaires syndicaux dans une démarche pour la défense de l'emploi et pour le progrès social dans le département.

Elle appelle avec l'UD CGT, Solidaires13, l'UNEF et de nombreuses autres organisations à manifester dans l'unité samedi 24 janvier à 14h30 sur le Vieux Port.

 

12 janvier 2015

Je suis, nous sommes, vous êtes Charlie !

Humour rend libre.JPG

Contre la barbarie,
Pour la liberté d'expression,
Pour la défense des principes républicains d'égalité,
En hommage aux victimes des attentats
Une mobilisation exceptionnelle
.

A deux reprises samedi 10 janvier et dimanche 11 janvier, des dizaines de milliers de citoyens se sont mobilisés dans tout le département, à Marseille, Arles, Aix, la solidarité et la dignité était dans la rue.

20150110_150348.jpg

20150110_162621.jpg

20150110_162231.jpg

20150110_162239.jpg

15011_manif_mars_4.jpg 

Communiqué de la FSU 13
Marseille le 10/1/2015

Une foule immense de plusieurs dizaines de milliers de (100 000 selon les organisateurs) s'est rassemblée dans les rues de Marseille ce samedi 10 janvier, une foule compacte, calme, déterminée pour exprimer sa solidarité dans la dignité. Plus de 20 000 manifestants défilaient dans les rues des autres villes du départements (Martigues, Istres, Salon ...) .
La FSU des Bouches du Rhône appelle l'ensemble de ses adhérents, les salariés et les citoyens à défiler dans l'unité dans toutes les villes du département dimanche 11 janvier, en hommage aux 17 personnes assassinées ces derniers jours dans le pays. Elle présente ses condoléances aux familles des victimes.
Démocrates et républicains, quelles que soient nos convictions philosophiques ou religieuses, ne laissons pas notre société s’enfoncer dans la violence et l’obscurantisme !
Rassemblons-nous autour des valeurs de notre République de liberté d'expression et de conscience, d'égalité et de fraternité !
C’est bien la tolérance, la liberté, la démocratie, la laïcité et le vivre ensemble qui sont en jeu.

Attentat contre

01 décembre 2014

Elections professionnelles du 4 décembre 2014

tous_unis_bulle.jpgLe jeudi 4 décembre vous êtes appelés à voter pour élire vos délégué(e)s du personnel au Conseil Général 13.

 

Votez FSU c’est choisir des candidat(e)s :

Qui défendent les droits de toutes et tous dans la transparence, l’indépendance et l’intégrité,

Qui s’opposent à toute forme de clientélisme,

Qui militent pour un syndicalisme démocratique alliant propositions, négociations, contestations et actions lorsque cela est

nécessaire,

Qui s’impliquent dans un syndicalisme indépendant de tout parti politique,

Qui vous informent rapidement avant et après les C.A.P et le CT.

Nous comptons sur votre vote pour que la FSU vous représente durablement dans les instances paritaires et que le dialogue social au Conseil Général 13 soit plus respectueux de vos attentes

et de vos droits.

Votez_fsu_alleg.jpgVous trouverez sur le site nos listes, nos professions de foi et les journaux de notre campagne électorale. 

 

http://www.youtube.com/watch?v=D94zVnW0iTg

04 novembre 2014

Réunion publique d'information sur la réforme territoriale

 fsu.jpg

La réforme territoriale 

Application et conséquences pour les agents

Jeudi 13 novembre 2014 -

12 h 30 à 15 h

Salles des séances publiques du Conseil général 13

52 av Saint Just 13004 Marseille – Métro Saint Just

Fonctionnaires, contractuels et précaires

Cette réunion / débat vous concerne tous, pour mieux connaître vos droits, votre devenir et l’action du SDU13 FSU

Les heures trimestrielles d’information syndicale sont déposées dans les collectivités et les établissements,

de 13 h à 16 h votre absence est couverte.

 

 

27 octobre 2014

Listes de la FSU au Elections professionnelles du 4 décembre 2014

tous_unis_bulle.jpg

CAP A EP 2014.pdf                             CAP B EP 2014.pdf

CAP C EP 2014.pdf                               CT EP 2014.pdf

Quel dialogue social au Conseil Général 13 ?

Les conditions de travail dépendent très fortement du contre pouvoir syndical exercé vis à vis de l’administration et du rôle que peuvent jouer les délégués des commissions paritaires en C.A.P, C.T et en C.H.S-C.T.

En effet ceux-ci sont amenés à se prononcer sur les avancements, les réorganisations de service, les conditions de travail, les créations et suppressions de postes ainsi que sur les profils des postes, mais aussi sur les locaux ou sur les travaux dans ces locaux, etc…

Sous le prétexte du paritarisme, les élus et l’administration font toujours « bloc » lors des votes. Nous revendiquons donc que tout point voté par les délégués du personnel représentant une majorité d’agents soit réputé adopté.

A contrario, tout vote contre un projet de l’administration qui regrouperait un nombre de délégués représentant une majorité d’agents, ne pourrait être validé et impliquerait une nouvelle négociation avant un nouveau passage au Comité Technique.

Pour la FSU les instances paritaires ont un rôle capital dans l’exercice du dialogue social. Trois axes nous paraissent essentiels pour améliorer les conditions de travail et le pouvoir d’achat des agents du Conseil Général 13 :

Etablir un dialogue social basé sur les revendications et les attentes des personnels ;

Développer le rôle des CAP, CT et CHS en donnant des moyens aux délégués du personnel ;

Améliorer les relations de travail tant au niveau des rapports hiérarchiques qu’au niveau de la définition des postes de travail.

06 octobre 2014

BUDGET 2015

les fonctionnaires, les femmes et les retraités paient la facture

La présentation du budget de la sécurité sociale et du budget de l'Etat montre que le gouvernement persiste dans son choix de baisse des dépenses publiques : 50 milliards d'économie d'ici 2017 dont 21 milliards en 2015, c'est à dire 7 milliards sur l'Etat et ses opérateurs, 3,7 sur les collectivités locales et 10 sur la sécurité sociale.
 

Les conséquences en sont malheureusement trop connues : gel des salaires des fonctionnaires, baisse des pensions et des prestations sociales, baisse des investissements des collectivités locales pourtant utiles à toutes et tous et y compris aux entreprises...

Ces économies pèsent lourdement sur nombre de salariés, de jeunes et de retraités, retraités qui ont rappelé hier la nécessité d’améliorer leur pouvoir d’achat et qui contestent la loi d’adaptation au vieillissement, notoirement insuffisante au regard des besoins. Ce programme d’économies impose aussi des restrictions au budget de la Sécurité sociale. Si le gouvernement a fini par entendre raison en renonçant au gel de l’ensemble des prestations familiales qu’il avait initialement prévu pour 2015 – ce dont la FSU se félicite - il choisit de raboter de 700 millions d’euros ces prestations, fragilisant ainsi l’ensemble de la politique familiale. La FSU conteste notamment la division par trois de la prime à la naissance à partir du deuxième enfant et les nouvelles dispositions relatives au congé parental qui vont avoir pour conséquences, derrière le paravent bien opportun de l’égalité femme/homme, de conduire les hommes, dont souvent le salaire est supérieur aux femmes, à ne pas prendre tout bonnement leur congé parental.

Et sans oublier que notre pays compte plus de 5 millions de chômeurs qui payent de manière dramatique le résultat d’une crise économique et sociale qui n’a que trop duré.

Le débat qui s’ouvre autour de ce projet de budget ne doit pas faire l’impasse sur les origines de la crise économique et financière que nous subissons depuis 2008. Elle a pour origine la crise de la finance et de la spéculation. Ce ne sont pas les citoyens qui coûtent chers, ce ne sont pas les salariés ni les retraités qui en sont la cause.

Dans ce contexte, maintenir les aides aux entreprises sans en interroger les principes et modalités c’est accepter à terme d’aller dans l’impasse. Tous les indicateurs montrent effectivement que ce sont les grandes entreprises qui sont par exemple les principales bénéficiaires du CICE. Ces aides, sans discernement ni contrôle et exigence de contreparties, non seulement ne produisent pas les résultats attendus en terme d’emplois et de retour sur investissement mais ont également de plus en plus de mal à convaincre de leur pertinence.

La FSU, qui rappelle que la France est un pays riche, tient aussi à rappeler que les dépenses de l’Etat sont autant d’investissements indispensables au bon fonctionnement de notre société. Les services publics et de la Fonction publique doivent pouvoir jouer tout leur rôle dans la relance de l’activité de notre pays, dans la lutte contre les inégalités et dans l’anticipation des mutations à venir.

La FSU alerte le Gouvernement sur les conséquences de ce budget pour la Fonction publique. A quelques jours de l’ouverture des négociations pour l’avenir de la Fonction publique, ce projet de budget, s’il devait rester en l’état, acte l’absence de revalorisation du point d’indice et une stabilisation des effectifs de l’Etat et offre peu de possibilités pour des mesures catégorielles.
Les créations de postes dans quelques ministères ne peuvent masquer plus longtemps une austérité réelle. Le gouvernement doit mettre fin au gel du point d’indice des agents de la Fonction publique.

Cependant, une politique plus redistributive et plus juste, plus porteuse d’avenir n’est guère envisageable sans réelle réforme fiscale guidée par une volonté de répartir mieux et de manière plus équitable les richesses produites. Ce n’est pas le choix actuel du gouvernement !

Améliorer la vie quotidienne notamment par l’emploi, le pouvoir d’achat et une protection sociale de haut niveau, répondre aux besoins de tous les citoyens et citoyennes sur l’ensemble du territoire, permettre la relance dans le cadre d’un développement durable, assurer des perspectives d’avenir à toutes et tous et particulièrement à tous les jeunes, c’est à cela que doit répondre le budget de 2015. A rebours d’une austérité qui nous mène droit dans le mur, il est urgent de conduire les réformes nécessaires pour plus de justice sociale, plus d’égalité et construire des perspectives de progrès social dans le cadre d’une cohésion sociale garantie.

C’est en ce sens que la FSU portera à nouveau ses exigences notamment auprès du Conseil National des Services publics qui se met en place, et qu’elle interviendra auprès des parlementaires pour leur demander de corriger ce projet de budget.